Archives par mot-clé : cchaudet

Women in Analytics – Interviews

Le secteur du Web Analytics, et plus généralement celui de la Data, connaissent une pénurie de profils. L’AADF oeuvre à faire connaître et promouvoir ces métiers peu connus, à travers des évènements tels que MeasureCamp et les cafés analytics.
Nous avons donc souhaité donner la parole à des femmes car lors des évènements tels que MeasureCamp, elles ne représentent que 20% des participants. Nous sommes donc partis à la rencontre de femmes qui font ce métier avec passion.
Voici leurs interviews :
Un immense merci à elles qui ont pris le temps de partager leurs conseils et leurs expériences.
Et merci à toute l’équipe qui a assuré le montage des vidéos : Mehdi Boudjemaa, Yannick Eyl et Eric Behar.
Pauline Guibert & Camille Chaudet

Interview d’Yseulys Coste, CEO du groupe 1000mercis

Elle nous parle depuis San Francisco où elle s’est installée en 2013, pour le développement international du groupe 1000mercis qu’elle a créé en 2000 et qui emploie aujourd’hui 600 personnes.

Nous sommes ravis et honorés de pouvoir l’interviewer. Elle a été l’une des premières à accepter de participer à ce projet et nous l’en remercions.

Que fais-tu dans la vie ?Je suis CEO d’un groupe qui s’appelle 1000mercis, dont la majorité des équipe est en France et qui s’est également établie aux Etats-Unis, en Californie dans la Silicon Valley. Notre métier, c’est de collecter des données et de faire levier sur ces données pour optimiser les interactions marketing que l’on peut avoir avec des consommateurs. Nous travaillons à la fois sur des données non-nominatives et nominatives pour faire ce travail-là. Avec mon co-fondateur, nous avons crée une entreprise de « marketing technologist ».En quoi ton métier consiste-t-il concrètement au quotidien ?

C’est un métier de chef d’entreprise. Aujourd’hui, le groupe est en bourse et emploie à peu près 600 personnes. C’est une entreprise qui grandit, donc il faut faire en sorte que sa croissance soit possible, de manière régulière et sécurisée.

Ensuite, moi, ce que j’aime faire, c’est mélanger du marketing et de la data. Donc je continue à échanger avec certains clients sur ces sujets-là et à travailler pour eux.

Comment en es-tu arrivée là ?

J’ai un parcours très académique puisque j’étais ce que l’on appelle « enseignant-chercheur ». C’est de la recherche universitaire académique entre la France et les Etats-Unis. A l’époque, j’ai travaillé dans le premier laboratoire de marketing interactif qui avait été créé par John Deighton aux Etats-Unis. Puis je me suis lancée dans l’entrepreneuriat, pas par vocation ou par choix, mais un peu par hasard, parce que la matière m’amusait, et que le métier me plaisait. Je suis devenue entrepreneur un peu par hasard. Et c’est pareil pour mon associé, nous étions tous les deux des académiques.

Est-ce que tu as dû développer des compétences particulières ? As-tu fait des études spécifiques pour cela ?

On a appris nos métiers sur le tas, parce que les métiers de la data évoluent énormément, incroyablement même dans les 15 dernières années, et continue à évoluer très rapidement. Mon métier change à peu près tous les 6 mois, assez drastiquement. Donc oui, j’ai appris plein de métiers en fait.

Et je pense que c’est le cas dans beaucoup de métiers aujourd’hui, il faut aller au-delà de la formation initiale. Après, je pense que la formation académique est une formation pertinente à cet effet, parce qu’elle apprend surtout à poser, et à se poser, des questions.

Si tu devais donner un conseil aux jeunes, comment peuvent-ils concrètement acquérir ces compétences dont ils vont avoir besoin au cours de leur carrière ?

Il y a plein de manières de les acquérir. Pour moi, la transmission est quelque chose d’important puisque l’enseignement est mon vrai premier métier. D’abord, je pense qu’en France, on a une vision très top-down de l’enseignement et assez livresque. On a l’impression qu’il y a seulement la formation initiale. Je pense que sur des matières chaudes, contrairement aux matières froides, des matières en perpétuelle évolution et sur lesquelles est la data en grande partie, on est encore proche de la R&D, encore aujourd’hui. Il y a de la connaissance livresque, des MOOCs, etc.

Et puis après, il y a “faire avec”, tester, regarder, faire des choses avec d’autres, une autre façon de transmettre, continuer à apprendre et évoluer. Cela fait partie des choses que l’on apprend en faisant.

Qu’est-ce qui te plait dans ce métier ?

D’avoir la liberté d’inventer et la liberté de choisir les gens avec qui je travaille. Je considère que c’est un très très grand luxe de pouvoir travailler avec des gens avec lesquels c’est amusant de travailler. Après, il y a plein de choses que j’aime, et d’autres que j’aime moins. Je voyage énormément. C’est un truc que j’aime. En même temps, j’habite en Californie et de fait, la compétition mondiale et une grande partie de la compétence sont en Californie. Comme le groupe continue à grandir, c’est indispensable d’être là.

Mais quand tu étais petite, tu rêvais de faire quoi comme métier ?

Je ne voulais pas du tout faire ça, je voulais être marchande de laine. Marchande de laine, ça avait un côté bien rangé, dans des petites cases, avec des jolies couleurs, bien propre. Ca ressemblait un peu à des bases de données d’un certain côté. Même si aujourd’hui, avec les données non structurées, tout cela est beaucoup moins propre que ça ne l’a été.

Donc non, je n’avais pas cette vocation-là, je n’avais d’ailleurs pas de vocation entrepreneuriale bien spécifique.

Et pourquoi t’être orientée dans la data du coup ?

Quand je faisais mes études, j’ai découvert internet. Je suis arrivée aux Etats-Unis en 1995 pour faire mes études, une semaine après le lancement de Yahoo. Je me suis dit que la capacité à collecter de la donnée sur les canaux interactifs allait tout changer en marketing, car on allait enfin pouvoir faire de la personnalisation. Et donc je suis tombée dans la data, par l’intérêt que j’avais pour le sujet, pour mieux faire du marketing et personnaliser. A l’époque, la seule façon de faire du marketing relationnel et de collecter de la donnée, c’était les programmes de fidélité.

Comment est-ce que tu vois ce marché de la data évoluer dans les prochaines années et quels vont être les principaux enjeux pour les entreprises ?

Pour moi, le gros enjeu est la multiplication des endroits où on peut collecter de la donnée. Je vous parle avec un prisme très marketing, parce que mon métier c’est le data marketing. Après, la donnée peut être utilisée sur plein d’autres choses. Si on parle de marketing, le gros enjeu est la multiplication des lieux de collecte, et notamment l’IOT, qui nous permet d’aller collecter des données bien au-delà du web, bien au-delà du mobile, bien au-delà du point de vente mais sur des objets mêmes.

Il y a un deuxième point important en marketing, c’est la partie programmatique. Aujourd’hui, tout l’achat en programmatique, c’est du online. Mais on commence à pouvoir accéder à des inventaires radio – audio comme disent les américains –  et demain on pourra accéder à de l’inventaire TV sur ces canaux programmatiques.

Donc on a un double effet de lieux de collecte et de canaux disponibles, qui vont encore faire beaucoup évoluer le monde du data marketing.

As-tu des regrets dans ta carrière ?

Alors c’est marrant, je ne pense pas du tout à ce que j’ai fait en terme de carrière.  »Carrière » est un mot avec lequel j’ai un peu de mal personnellement.

Oh non, je n’ai aucun regret. Je pense qu’on aurait dû accélérer à l’international un peu plus tôt pour le groupe (3-4 ans avant), encore plus. Voilà, c’est juste un point de timing. Sinon, je n’ai aucun regret. J’ai toujours travaillé avec des gens que j’ai adorés, j’ai un métier qui m’amuse, donc non. Je pense que ce qui compte, ce sont les gens avec lesquels on échange, avec lesquels on a la chance de travailler, passer du temps. Car il n’y a rien à faire, c’est du temps quand même. C’est beaucoup de temps.

Et enfin : est-ce que tu aurais des conseils pour les jeunes qui sont en train de choisir leurs études ou débutent leur carrière professionnelle ?

Qu’ils fassent un truc qui les amuse. Je pense que l’innovation aujourd’hui est vraiment à la confluence de différents savoir-faire et zones de compétence, et donc qu’il n’est pas grave d’avoir un parcours un peu alambiqué, un peu compliqué. Dans notre entreprise, par exemple, il y a des gens qui ont fait de choses très hétérogènes, comme de la physique, et qui travaillent avec nous. Je pense qu’il vaut toujours mieux choisir des sujets et des êtres aspirationnels, des profs qui donnent envie, qui ouvrent l’esprit. Et qu’au final, c’est ça qui est important.

Merci beaucoup Yseulys !

Interview de Ghita Bennani, Senior Digital Analyst chez L’Oréal

Découvrez l’interview de Ghita Bennani, Senior Digital Analyst chez L’Oréal :
0:15 – Que fais-tu dans la vie ?
0:27 – En quoi ton métier consiste concrètement au quotidien ?
4:02 – Comment en es-tu arrivée là ?
5:06 – Est-ce que tu as dû développer des compétences particulières ? As-tu fait des études spécifiques pour cela ?
5:48 – Qu’est-ce qui te plait dans ce métier ?
6:49 – Quand tu étais petite, tu rêvais de faire quoi comme métier ?
7:17 – Comment est-ce que tu vois ce marché de la data évoluer dans les prochaines années et quels vont être les principaux enjeux pour les entreprises ?
8:28 – As-tu des regrets dans ta carrière ?
9:09 – Pour finir, aurais-tu des conseils pour les jeunes toujours en études ou débutant leur carrière professionnelle ?

Interview de Fiona De Brabanter, Digital Analyst & Optimization Expert chez Web-Fi

Découvrez l’interview de Fiona de Brabanter, Digital Analyst & Optimization Expert chez Web-Fi :
0:16 – Que fais-tu dans la vie ?
0:37 – En quoi ton métier consiste concrètement au quotidien ?
2:17 – Comment en es-tu arrivée là ?
4:01 – Est-ce que tu as dû développer des compétences particulières ? As-tu fait des études spécifiques pour cela ?
4:49 – Qu’est-ce qui te plait dans ce métier ?
6:01 – Quand tu étais petite, tu rêvais de faire quoi comme métier ?
6:39 – De ce fait, pourquoi t’être orientée dans la data ?
7:48 – Comment est-ce que tu vois ce marché de la data évoluer dans les prochaines années et quels vont être les principaux enjeux pour les entreprises ?
11:12 – As-tu des regrets dans ta carrière ?
11:45 – Pour finir, aurais-tu des conseils pour les jeunes toujours en études ou débutant leur carrière professionnelle ?

Café Analytics #3 – La Data chez Le Bon Coin

bannos_a-c-aadf_960pxls

Le mercredi 20 septembre  2017, Le Bon Coin a accueilli le troisième café analytics AADF. Plus de 70 participants étaient réunis pour venir écouter le retour d’expérience du leader des annonces en ligne. Merci à Stéphanie Leplus, Damien Degremont, Nicolas Goll-Perrier, Julien Zanni et toutes les équipes Data du Bon Coin de nous avoir accueillis. 

DKLxKHsXkAALKQfDKLwqTMW0AAdEAj

Les temps forts de la présentation :  

> Définition d’un standard de qualité de données chez Le Bon Coin :

DKLzWBRWsAEcDwn (1)

> Le Bon Coin : 1 seule équipe Data, 70% opérationnel vs 30% R&D :

DKL1EV6XkAA5AoO

> Architecture technique de la data chez Le Bon Coin :

DKL20hVX0AEUhUX

> Biais sur les données analytics :

DKL4908XcAIhZJl

> Expérimentation sur les adblocks chez Le Bon Coin : 

DKL5g4OXkAAvjkM

> Sondage : qui utilise une extension Adblock sur mobile ?

DKL6MLyXcAEtDc2

> Questions/Réponses :

DKL9F7TXUAEF89F

La soirée s’est terminée autour d’un cocktail dînatoire.

Si vous voulez en savoir plus sur Le Bon Coin : https://corporate.leboncoin.fr/

A bientôt pour un prochain café analytics !

La Data chez Le Bon Coin le mercredi 20 septembre 2017

cafe analytics super banniere

Le mercredi 20 septembre 2017, Le Bon Coin vous ouvre ses portes afin de partager sa stratégie et son retour d’expérience sur la Data.

Venez écouter les interventions des équipes Insights, Governance et Engineering pour comprendre comment ils gèrent leurs données, de la collecte jusqu’à la restitution.

La participation aux frais inclut également un cocktail dinatoire.

Inscription : https://www.eventbrite.fr/e/billets-la-data-chez-le-bon-coin-35738004333

 

Café analytics #2 avec Beampulse, Nature et Découvertes et Orange

cafe analytics super banniere

Le jeudi 18 mai 2017 a eu lieu la seconde edition des cafés analytics AADF. Plus de 35 participants étaient réunis au Nuage Café pour partager leurs savoirs et leurs retours d’expériences.  

Au programme : 

> Heatmap, session recording et tests A/B avec Beampulse 

Notre sponsor Beampulse a raconté comment s’est créée leur société, quel problème client ils souhaitaient résoudre lorsque la start-up s’est lancée, et comment ils ont évolué. 

beampulse_logo_large_color_M        Pour plus d’infos : www.beampulse.com

DAIDSiEXoAAd5FZ

> Optimisations d’acquisition en ecommerce, Nature et découvertes

Benoit Perrotin, responsable acquisition online et analytics chez Nature et Découvertes, partagera ses bonnes pratiques pour optimiser l’acquisition sur un site E-commerce : 

  • la technique dans l’acquisition
  • TMS et plan de marquage
  • Focus SEO et SEA
  • Analyse multicanal et optimisation des investissements

 

DAIL6NXW0AAgnO7

> Diffuser une culture data driven dans un groupe international, Orange

Malik Imadache, Directeur de la personnalisation de la relation client chez Orange Groupe, nous livrera son retour d’expérience sur la gestion de l’analytics dans un grand groupe international : 

  • challenges humains et techniques
  • contextes différents selon les pays
  • mutualisation des compétences et des ressources
  • partage des données, insights et bonnes pratiques

DAIUXRFWsAAuahY

La soirée s’est terminée autour d’un cocktail dînatoire.

A bientôt pour un prochain café analytics !

Prochain café analytics le jeudi 18 mai 2017

cafe analytics super banniere

Après le succès de la première édition en décembre, les cafés analytics reviennent le jeudi 18 mai 2017 au Nuage Café, 14 Rue des Carmes 75005 Paris.

Retrouvons nous entre professionnels du Web Analytics autour d’une soirée conférence et networking ! La participation aux frais inclut également un cocktail dinatoire et deux boissons.

Au programme :

> Diffuser une culture data driven dans un groupe international, Orange

Malik Imadache, Directeur de la personnalisation de la relation client chez Orange Groupe, nous livrera son retour d’expérience sur la gestion de l’analytics dans un grand groupe international : 

  • challenges humains et techniques
  • contextes différents selon les pays
  • mutualisation des compétences et des ressources
  • partage des données, insights et bonnes pratiques

> Optimisations d’acquisition en ecommerce, Nature et découvertes

Benoit Perrotin, responsable acquisition online et analytics chez Natures et Découvertes, partagera ses bonnes pratiques pour optimiser l’acquisition sur un site commerce : 

  • technique, TMS et plan de marquage
  • focus SEO et SEA
  • analyse multicanal et optimisation des investissements
  • modèles d’attribution

> Heatmap, session recording et tests A/B avec Beampulse 

Notre sponsor Beampulse racontera comment s’est créé leur société, quel problème client ils souhaitaient résoudre lorsque la start-up s’est lancé, et comment ils ont évolué. 

Pour plus d’infos : www.beampulse.com

beampulse_logo_large_color_M

Inscription sur eventbrite : https://www.eventbrite.fr/e/billets-cafe-analytics-aadf-le-18-mai-2017-33959807699

Les photos du café analytics du 19 janvier 2017

Le jeudi 19 janvier 2017 a eu lieu le premier café analytics AADF, au Nuage Café. 

proxyC2jdmlOXEAAL5meC2javNCXEAEIG2aC2javNNXcAAVz39

Au programme : 

Gestion de projet data : do’s et don’t do, par le responsable analytics d’un site de e-commerce

  • REX autour de 2 projets d’optimisations d’emplacement e-merchandising
  • Bonnes et mauvaises pratiques à mettre en oeuvre dans le cadre d’une gestion de projet data

C2jew5IXUAA3PAaC2jhGBAXcAAJgbN

La webanalytics pour les publishers, par Aristide Riou, Ouest France

  • Les nouveaux enjeux des sites média : cross device, paywall, adblockers, nouveaux formats publicitaires…
  • Comment gérer la dualité entre performance publicitaire et e-commerce
  • Comment bien segmenter et analyser la performance de son contenu

C2jnTvlWEAALaE7C2jmqeJWIAAM9Ky

La soirée s’est terminée autour d’un cocktail dînatoire :

C2j3ossWIAEDVC8C2j5xMXWIAEpANNC2j5xMVXcAEdqKNC2j6YMCXgAArk6l

A bientôt pour un prochain café analytics !

Café Analytics AADF le jeudi 19 janvier 2017 à 19h

bannos_a-c-aadf_960pxls

Toute l’équipe AADF vous souhaite une excellente année 2017 !

Nous avons le plaisir de vous inviter à une soirée conférence  :

le jeudi 19 janvier 2017 à 19h

au Nuage Café, 14 rue des Carmes 75005 Paris

Au programme :

La webanalytics pour les publishers, par Aristide Riou, Ouest France

  • Les nouveaux enjeux des sites média : cross device, paywall, adblockers, nouveaux formats publicitaires…

  • Comment gérer la dualité entre performance publicitaire et e-commerce

  • Comment bien segmenter et analyser la performance de son contenu

Gestion de projet data : do’s et don’t do, par le responsable analytics d’un site de e-commerce

  • REX autour de 2 projets d’optimisations d’emplacement e-merchandising

  • Bonnes et mauvaises pratiques à mettre en oeuvre dans le cadre d’une gestion de projet data

L’évènement est public et ouvert à tous : 15€ pour les membres AADF, 50€ pour les non-membres.

Pour s’inscrire : https://www.eventbrite.fr/e/billets-cafe-analytics-aadf-30806610401